Les techniques de transfert

   Lors de la création d'un OGM, un gène est inséré dans une cellule dans le but de la modifier. Il existe differentes techniques d'insertion de gène, dites techniques de transfert.

     1-L'éléctroporation

   L'électroporation est une des techniques les plus simples à mettre en œuvre. Elle consiste à soumettre un mélange de protoplastes et d'ADN à des chocs électriques.

   Le champ électrique provoque la déstabilisation de la membrane plasmique du protoplaste et permet l'ouverture de pores membranaires, facilitant ainsi le passage de l'ADN dans le noyau. Ces derniers passent donc très facilement dans la cellule qui se trouve à son tour génétiquement modifiée. Cette manipulation est possible car le phénomène d'ouverture des pores est reversible. En effet,  si le choc électrique n'est pas trop intense, la cellule retrouvera son état initial.

 

     2-La micro-injection

   La micro-injection se réalise sur des protoplastes, dont nous avons vu précédemment la formation. L'opération consiste à introduire directement le gène étranger dans la cellule à modifier, à l'aide d’un micromanipulateur monté avec un microscope. Cependant cette méthode ne s'applique que dans des cas particuliers car elle est complexe et lourde à utiliser : pour réussir l'opération, il faut injecter mille copies du gène dans l'espoir qu'une cellule puisse accepter cet ADN étranger.

microinjection

 Vous avez déja surement vu ce type de manipulation dans certaines émissions ou reportages télévisés

 

     3-La biolistique

   La biolistique ou balistique biologique, est la méthode la plus courante. Elle consiste à propulser le gène que l'on souhaite faire intégrer dans les cellules végétales.

   Pour cela, on utilise des microbilles de métal enrobées d’ADN (billes d’or de un micron). Ces billes seront ensuite projetées sur les cellules, de manière à traverser leur paroi. Au bout d'un certain nombre de membranes cellulaires, les billes seront stoppées dans leur élan. Quelques-unes des cellules atteintes vont alors insérer spontanément les gènes dans leur génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu). Mais le noyau de la cellule intègre l'ADN de façon aléatoire. Il faudra environ quinze jours pour être certain que les nouveaux gènes introduits se sont bien intégrés au génome.

   Cette méthode est très prometteuse, car elle permet de façon simple et rapide d'injecter de l'ADN dans une grande quantité de cellules sans passer par une phase protoplasmique, encore très mal maîtrisée chez certaines espèces. De plus, cette injection peut être réalisée sur un tissu non désolidarisé de l'organe d'origine.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×